Passer au contenu

/ Développement durable

Rechercher

Nos gestes

En quoi consiste le Projet SEUR?
Un groupe de 24 experts universitaires, soutenu par l’Institut de l’énergie Trottier, le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, et l’Institut du Nouveau Monde, a annoncé le 6 février le lancement du projet Le climat, l’État et nous, destiné à nourrir la réflexion sur une révision du modèle de gouvernance environnementale au Québec.
Qu’ont en commun la plage Jean-Doré, la forêt d’arbres roses du Palais des congrès de Montréal, le nouvel abribus de la Société de transport de Montréal, le spa Bota Bota et la voiture de métro Azur? Ce sont tous des projets qui ont été conçus par des diplômés ou des professeurs de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, qui célèbre cette année son 50e anniversaire.
Enfant, Marc-André Franche partait avec son frère Martin de la résidence familiale de Pointe-Claire, dans l’ouest de Montréal, pour se rendre à l’aéroport de Dorval, où ils regardaient les avions décoller en rêvant de voyager. «On observait le grand panneau des départs et on imaginait à quoi pouvaient ressembler toutes ces destinations inconnues.»
Jessie Ayotte a trois chiens et un chat. Mais elle était présente à l’activité Sans stress de la bibliothèque de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, où l’on invitait les membres de la communauté à venir caresser deux chiens et un chat à l’heure du dîner le 23 novembre. «J’aime tellement les animaux, je ne voulais pas manquer ça», a-t-elle dit en flattant Winnie, un golden retriever de six ans qui remuait frénétiquement la queue.
Durant tout l’été, de juin à octobre, le site des Projets éphémères du campus MIL a accueilli des projets innovants – en architecture, design, agriculture, sciences et culture – ainsi que de nombreuses activités qui ont attiré plusieurs centaines de participants, des milliers de visiteurs et animé une communauté qui s’est diversifiée.
L’Association for the Advancement of Sustainability in Higher Education (AASHE), basée aux États-Unis et à l’origine de la certification STARS, a publié récemment son index annuel des universités qui se démarquent à propos de différentes thématiques en développement durable. Ce classement permet de désigner les champs d’expertise et spécificités de chacun des établissements. L’UdeM s’y distingue tout particulièrement en matière de protection et de rehaussement de ses espaces naturels et se classe en première position, ex æquo avec deux établissements américains, à l’échelle de l’Amérique du Nord.
Le doyen de la Faculté de l’aménagement de l'Université de Montréal, Paul Lewis, et le directeur de l’École d’architecture de l’UdeM, Jacques Lachapelle, ont inauguré hier la Chaire Fayolle-Magil Construction en architecture, bâtiment et durabilité. Son titulaire récemment nommé, Gonzalo Lizarralde, a profité de l’occasion pour dévoiler les principales orientations des projets de recherche qu’il entend entreprendre.
Le Forum sur le développement socialement responsable de l’intelligence artificielle, tenu à Montréal les 2 et 3 novembre, s’est terminé par le dévoilement du préambule de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle, à laquelle le public est invité à contribuer par le biais d’une plateforme de coconstruction.
Bien que sa carrière se soit presque entièrement déroulée au sein d’organismes humanitaires et communautaires, la présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal, Lili-Anna Pereša, se définit clairement comme ingénieure. «Je pense comme une ingénieure. Je suis une personne pragmatique, et j’aborde l’enjeu de l’exclusion sociale et de la pauvreté comme un problème pour lequel existent des solutions à plusieurs facettes», précise la diplômée en génie électrique de Polytechnique Montréal.