Passer au contenu

/ Développement durable

Rechercher

Recherche - en manchette

Végétation australienne.

Pourquoi des arbustaies australiennes ressemblent-elles à des «forêts tropicales miniatures»?

Certains écosystèmes terrestres abritent une proportion élevée d’espèces de plantes. Par exemple, les arbustaies infertiles des régions chaudes et semi-arides comptent 20 % des espèces sur seulement 5 % de la surface terrestre. En particulier, certaines arbustaies du Sud-Ouest australien sont si diversifiées en espèces que des botanistes les considèrent comme des forêts tropicales miniatures.

De gauche à droite: Dana Simon, Sarah Dorner, Jérôme Dupras, Micheline Ayoub, Sébastien Sauvé, Hélène Laurence, Caroline Lachance, Benoit Barbeau et Jesse Shapiro

Le projet ATRAPP est lancé!

Probablement la plus importante initiative de recherche du monde à ce jour concernant les algues bleu-vert, le projet regroupe des chercheurs, des acteurs gouvernementaux, des législateurs, des représentants des municipalités, des groupes environnementaux, des agriculteurs et des entreprises ainsi que des citoyens.

Catherine Girard au Nunavut.

Rencontre avec la «dame caca» du Canada

À l’extrême nord de la baie Resolute, dans un petit hameau arctique de moins de 300 habitants du Nunavut, la population est habituée à voir Catherine Girard. L’étudiante au doctorat en biologie environnementale à l’Université de Montréal, sous la direction des professeurs Jesse Shapiro et Marc Amyot, s’y rend en effet chaque été depuis 2010 pour étudier l’alimentation et la santé de la population inuite locale.

L'accumulation d'algues bleu vert peut donner à un plan d'eau l'apparence d'un potage au brocoli.

L’UdeM reçoit 12,3 M$ pour étudier les algues bleu-vert de nos lacs

L’équipe de Sébastien Sauvé, professeur au Département de chimie de l’Université de Montréal, obtient 12,3 M$ sur quatre ans de Génome Canada et Génome Québec pour étudier les algues bleu-vert, ou cyanobactéries, qui menacent la qualité d’un nombre grandissant de plans d’eau dans le monde. «Elles existent depuis des milliards d’années à des concentrations qui ne posent pas de problème. Mais elles prolifèrent avec le réchauffement climatique et l’apport de phosphate de source humaine. 

Deux diamants mandarins.

Pas besoin d’avoir de grandes capacités cognitives pour séduire dame diamant mandarin!

Contrairement à ce qu’on soupçonnait, les capacités cognitives du diamant mandarin mâle ne pèseraient pas lourd chez la femelle au moment de choisir un partenaire: il semble qu’elle soit plutôt attirée par celui qui saura ingérer le plus de nourriture – le gage d’une descendance potentiellement plus nombreuse et plus forte!

L’Université de Montréal est engagée dans une démarche visant à mieux protéger les chercheurs et les sujets de la recherche.

Ne touchez pas à la confidentialité en recherche!

lle est actuellement visée par une ordonnance de la Cour supérieure du Québec lui enjoignant de transmettre à un plaignant, l’entreprise Éoliennes de l'Érable, les noms des 
93 participants à son étude en lui précisant s'ils sont «pour ou contre le projet» éolien.

Plaque électrique d'où sort un fantôme.

Les fantômes vous volent-ils de l’électricité?

«Votre maison est-elle hantée?» demande Hydro-Québec à ses quatre millions d’abonnés dans une infolettre datée du 21 octobre. En cette période pré-Halloween, la société d’État veut attirer l’attention sur la consommation d’appareils électroniques éteints. «Oui, éteints. C’est ce qu’on appelle les “charges fantômes”», poursuivent les auteurs du courriel. De 5 à 10 % de la facture d’électricité des foyers québécois pourraient correspondre à la consommation d’appareils électriques inutilisés.

Route de nuit.

Le bruit perturbe le sommeil de près de 13 % des Montréalais

Une étude réalisée par le Dr Stéphane Perron, de l’École de santé publique de l’Université de Montréal, indique que le bruit environnant perturbe le sommeil de 12,4 % des Montréalais. À quand une politique pour réduire la pollution auditive dans la métropole?

Sur la foi d’un sondage téléphonique effectué d’avril à juin 2014 auquel ont répondu plus de 4300 résidants de l’île de Montréal, l’étude fait notamment ressortir qu’une proportion importante de la population voit ses nuits écourtées.

Effets d’enrochements sur les communautés de poissons des Basses-Terres du Saint-Laurent.

Pas de dérive dans les rivières des Basses-Terres du Saint-Laurent

Les enrochements aménagés dans les rivières des Basses-Terres du Saint-Laurent pour protéger les ponts des érosions fluviales ne sont pas dommageables pour les poissons. Au contraire, l’empierrement du lit ou des berges des rivières auraient dans 50 % des cas des effets positifs sur la diversité, la densité et la biomasse des poissons.

Graines d’herbacées dont de l’ivraie sous des pylônes.

De nouveaux partenaires industriels pour Hydro-Québec: les plantes

Semer des graines d’herbacées dont de l’ivraie dans un terrain mis à nu sous des pylônes, cela peut suffire à bloquer la pousse d’arbres qu’il faut ensuite venir couper pour éviter qu’ils entravent le transport de l’électricité. «Les expériences tentées au cours des derniers mois sont prometteuses. Même si l’ivraie n’est pas une espèce indigène, elle disparaît avant la saison végétative suivante; entretemps, elle est si abondante qu’elle empêche la pousse d’espèces indésirables», explique le botaniste Jacques Brisson, professeur de botanique à l’Université de Montréal et chercheur à l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV). 

Pollution et asthme chez les enfants.

Asthme chez les enfants associé à la pollution de l’air

Au Québec, lorsqu’un enfant est exposé à une augmentation de la pollution de l’air équivalant à 10 micromètres par mètre cube d’air, le risque qu’il ait une crise d’asthme augmente jusqu’à 20 %.

Tant au Québec qu’à Montréal, il existe bel et bien un lien entre la présence de polluants dans l’air et le déclenchement de l’asthme chez les enfants.

C’est ce qui ressort d’une étude menée par Louis-François Tétreault, étudiant au doctorat sous la direction de la professeure Audrey Smargiassi, de l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

pygargues à tête blanche

POUR ÉVITER QUE LES AIGLES PERDENT LEURS PLUMES

Entre 1986 et 2012, quelque 300 pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) et aigles royaux (Aquila chrysaetos) ont été attrapés accidentellement par des trappeurs d’animaux à fourrure au Québec. Ces rapaces, désignés comme espèces vulnérables, effectuent des migrations à l’automne, durant la saison de piégeage, ce qui les rend susceptibles d’être capturés.

Équipe de chercheurs au travail

LES ÉPINARDS NE SONT PAS (SEULEMENT) VERTS

Quand on broie une feuille d’épinard et qu’on en extrait les pigments, on constate que le végétal n’est pas uniquement vert, il est aussi bleu, jaune et orange. La chlorophylle qui donne le vert est dominante ici, mais on voit sur cette lame que les cellules contiennent plusieurs autres couleurs. Dans les forêts en automne, la chlorophylle est moins présente et les autres tons deviennent plus visibles.

Oiseaux mandarins

DES OISEAUX VOLAGES

Grâce au petit écosystème de quelque 70 diamants mandarins (Taeniopygia guttata) qu’elle a créé dans son laboratoire du pavillon Marie-Victorin, Frédérique Dubois, professeure au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal, fait progresser nos connaissances en biologie évolutive.

Les incendies de forêt en Europe sont causés par l'homme depuis 7000 ans
Montréal verse 780 000 $ à l'IRBV pour dépolluer les sols par les plantes
Le cœur a ses raisons... de vaincre la pollution
La crise environnementale nous oblige à inventer de nouveaux concepts
Un nouveau regroupement de recherche pour un lait de qualité optimale
Jacques Brisson a vu germer les phytotechnologies au Québec
La contamination du sol pourrait-elle être bénéfique pour les arbres?
Big data: le pétrole du 21e siècle
Les Haricots sauveront-ils la planète?
Les experts en décontamination ont des lacunes en science
Dépolluer les sols une molécule à la fois
Aux racines de la révolution verte
Une punaise capable de contrôler la couleur de ses œufs
Un ouvrage essentiel pour la caractérisation des paysages de Saint-Hyacinthe
Les abeilles domestiques disparaîtront-elles?
Trajet vers le travail : le métro est moins stressant!
À quoi servent la couleur et les taches des coccinelles?
Les plus défavorisés sont les plus exposés au bruit
Le CRSNG finance un programme de formation en qualité du lait
Donnons-nous trop d'antibiotiques aux vaches?
Les marais filtrants pour traiter les eaux usées
Même chez les plantes, l'habit ne fait pas le moine
Une pile au sodium pour répondre aux besoins énergétiques de demain
La perte de forêts et marais coûte 2,36 M$ par an
Les limaces nous envahissent!
Les tortues des bois ne sont pas fidèles
À la rescousse des chauves-souris
Le taux de mercure est en baisse temporelle chez les oiseaux de proie
Pourquoi les arbres inclinés produisent un meilleur biocarburant
Poursuite d'un partenariat de recherche en agriculture de masse
Agriculture de masse : poursuite d'un partenariat de recherche innovant
Création d'un laboratoire d'innovation paysagère