Passer au contenu

/ Développement durable

Je donne

Rechercher

Alimentation

L’alimentation est une composante très significative de la plupart des événements, que ce soit en termes économiques mais également en ce qui concerne les impacts socio-environnementaux. Elle représente aussi une vitrine importante par laquelle les organisateurs communiquent les valeurs qu’ils cherchent à promouvoir aux participants à l’événement.   

2.1 - Choix d'un fournisseur alimentaire

Aviez-vous pensé aux Services alimentaires de l’UdeM?

Saviez-vous que les Services alimentaires offrent un service de traiteur ? Plusieurs événements ont choisi de requérir leurs services, que ce soit directement Chez Valère ou même pour des événements de taille plus petite (certaines conditions s’appliquent).   

 

Choix d’un fournisseur externe à l’UdeM

Généralement, les mêmes règles s’appliquent dans le choix d’un traiteur que de tout autre fournisseur de biens ou de services. (Voir la page Choix des fournisseurs)

2.2 - Choix des produits alimentaires

Le choix des aliments offerts aux participants représente un aspect de l’événement qui possède un fort potentiel de réduction des impacts négatifs. Par ailleurs, il permet aux organisateurs de favoriser certains types de produits de manière à exercer des impacts positifs dans une ou plusieurs communautés.   

Critères de développement durable

Le développement durable inclut également une alimentation durable. Voici un GUIDE  conçu en collaboration avec les Services aux étudiants (SAÉ) pour aider aux choix alimentaires sains selon l'événement organisé.  

Les produits alimentaires associés au développement durable sont de plus en plus nombreux sur les tablettes des épiceries de même que dans les restaurants. Afin de s’y retrouver, plusieurs logos sont apparus ces dernières années et peuvent généralement être regroupés sous les critères suivants :

  • biologique (Biologique Canada, Bio Québec, USDA Organic);
  • équitable (Certifié équitable, ÉcoCert, Fairtrade);
  • certifié bien-être animal - BEA (Élevage rustique, Certified Humanemd);
  • provenance de fermes non conventionnelles;
  • pêche durable (Ocean wise, MSC, Fourchette bleue, etc.);
  • local (Aliments du Québec);
  • cuisiné sur place.

Notons que ce sont ces critères qui sont généralement considérés pour juger des approvisionnements en nourriture dans le cadre de certification en développement durable.  

ASTUCE : Le menu végétarien à la rescousse des organisateurs d'événements écoresponsables

Devant les coûts supplémentaires que peut engendrer l’achat de produits biologiques (comparativement à des produits «réguliers») en tenant compte de l’augmentation des diverses préférences alimentaires au sein de la population, de plus en plus d’organisateurs décident d’opter pour un menu végétarien. Cette solution permet souvent de joindre les deux bouts tout en permettant d’intégrer un maximum de critères afférents au développement durable dans les achats de nourriture. 

Note : Si cela peut être interprété comme l’imposition d’habitudes alimentaires par une minorité, rappelons que l’inverse peut parfois aussi être vrai, et qu’avec une consommation de viande par habitant supérieure à la moyenne mondiale, le canadien moyen n’est pas dans une situation de carence en protéines (Source : MAPAQ). Notons par ailleurs qu’un un menu végétarien sain et équilibré peut tout à fait subvenir aux besoins d’un individu en protéines.      

2.3 - Service de la nourriture

La nourriture elle-même n’est pas, la plupart du temps, le seul élément ayant un impact sur l’environnement lorsque l’on considère la globalité de cet aspect des événements. En effet, la vaisselle ainsi que les divers emballages destinés à la nourriture et aux boissons ont été identifiés comme les principales matières résiduelles générées lors des événements. Ceci a été considéré comme un enjeu prioritaire dans une consultation menée auprès d’organisateurs sur le campus. 

Rappelons, à propos de cet enjeu, que le principe des 3RV-E (réduire à la source, réutiliser, recycler, valoriser  avant d’enfouir) consiste à prioriser les actions précisément dans cet ordre afin d’orienter les décisions.   

Voici un exemple concret des éléments à considérer dans une telle situation.

L’unité du développement durable souhaite organiser un 5 à 7 annuel avec ses collaborateurs. De la bière y sera servie gratuitement. Voici quelques exemples de solutions mettant en pratique le principe de priorisation des 3RV-E :

SOLUTIONÉLÉMENTS À PRENDRE EN CONSIDÉRATION
RÉDUIRE À LA SOURCE
Bière en fûtInapplicable dans le contexte de l'événement.
RÉUTILISER
Distribuer de la bière en bouteille directement (réutilisée à l'aide de la consigne).inapplicable dans contexte de l’événement (règlement de l’UdeM).
RECYCLER

Distribuer de la bière en bouteille (réutilisée à l’aide de la consigne) versée dans des verres en plastique recyclables.

Distribuer de la bière en cannette directement dans les cannettes.

- Toute boisson contenant de l’alcool doit être servie dans un verre en plastique;

- Les verres allant au recyclage doivent être rincés à l’eau avant d’être déposés dans un bac de recyclage;

- Les boissons en cannette doivent être débouchées avant d’être distribuées;

- Les cannettes doivent être rincées à l’eau avant d’être déposés dans un bac de recyclage;

- Les cannettes, si elles sont consignées, devraient être récupérées si possible et réintroduites dans le procédé industriel via ce flux de recyclage. 

VALORISER
Distribuer de la bière en bouteille (réutilisée à l’aide de la consigne) versée dans des verres compostables

- Pour que cette mesure soit efficace, les verres doivent être compostés. Les verres compostables envoyés à l’enfouissement ne présentent aucun bénéfice environnemental connu. 

ÉLIMINER
Éviter l’utilisation de verres jetables.

2.4 - Gestion des surplus de nourriture

Le gaspillage alimentaire représente, au Québec comme ailleurs dans le monde, un renoncement à des ressources précieuses. À cet effet, les événements ne sont pas en reste. La plupart des organisateurs sur le campus de l’UdeM affirment disposer de leurs surplus sans avoir à les jeter, en les offrant à leurs étudiants ou à leur personnel.

Dans certains cas, les surplus peuvent (et devraient) être offerts à des organismes dédiés à récupérer les aliments pour les remettre à des personnes dans le besoin. 

ATTENTION

Le fait de remettre de la nourriture à un organisme tiers n’est pas suffisant pour libérer l’UdeM des risques et responsabilités associés à sa consommation.  Il devient dès lors très important de signer une entente avec tout organisme qui viendrait récupérer des surplus alimentaires suite à un événement. 

Une telle entente doit être dûment signée par le dirigeant de l’unité concernée, soit le directeur s’il s’agit d’un service, d’un département ou d’une école, ou du doyen ou d’un vice-doyen lorsque la faculté n’est pas départementalisée. L’unité devra s’assurer de déposer aux archives de l’UdeM («DGDA») l’original signé par l’organisme.

Une telle entente doit viser les aspects suivants :

1.  libérer l’UdeM de toute responsabilité à chaque fois que la tierce partie vient récupérer de la nourriture;

2.  établir la responsabilité de la cueillette à l’organisme en question;

3.  établir que l’organisme doit venir cueillir la nourriture à l’intérieur de l’établissement;

4.  spécifier que le transport doit être effectué, si nécessaire, dans des emballages prévus par l’unité qui en fait «don»;

5.  spécifier que la cueillette est entièrement au frais de l’organisme qui reçoit le don;

6.  spécifier que l’organisme qui reçoit le don doit se conformer aux politiques,  règlements et codes de conduites en vigueur à l’UdeM.

NOUS INVITONS LES ORGANISATEURS D’ÉVÉNEMENTS DE L’UdeM À UTILISER LE MODÈLE D’ENTENTE SUIVANT AFIN DE REMETTRE LEURS DONS DE NOURRITURE À UN ORGANISME. 

Grille des mesures

2.1 - Fournisseurs alimentaires

MESURESDÉTAIL

2.1.1

Choisir un fournisseur alimentaire écoresponsable

Choix d’un fournisseur alimentaire respectant un ou plusieurs critères de développement durable :

1. Le fournisseur est-il engagé dans une démarche de développement durable?

2. Le fournisseur a-t-il intégré une dimension sociale à ses activités?

3. Le fournisseur est-il situé à proximité géographiquement?

Étendre aux produits qu’il vous offre. 


La Division des approvisionnements de l’UdeM peut venir en aide afin d’aller en appel d’offre pour le choix d’un fournisseur lorsque la facture du traiteur est payable par l’établissement (et non par les participants). Un précédent existe sur le campus en ce qui concerne le service traiteur pour les collations des grades, ayant fait l’objet d’un appel d’offre.

2.2 - Produits alimentaires

MESURESDÉTAIL

2.2.1

Estimer adéquatement la nourriture qui sera consommée

Vous pouvez vous baser sur le taux de non-participation observés lors de vos derniers événements similaire. S’il s’agit du premier du genre, faites un compte-rendu des personnes ne s’étant pas présentées. Enfin, demandez une confirmation de participation afin d’aviser le traiteur un ou deux jours avant l’événement.  

2.2.2

Acheter des produits alimentaires écoresponsables

Produits présentant un critère de développement durable parmi les suivants :

- biologique;
- équitable;
- produit certifié bien-être animal;
- produits provenant de fermes non conventionnelles;
- pêcheries durables (Ocean wise);
- végétarien complet (faible en CO2);
- local. 


Les Services des activités culturelles des SAÉ ont proposé les menus cocktails suivants dans le cadre des vernissages des Concours interuniversitaires de bande dessinée et de photographie au Centre d’exposition de l’UdeM :

- 2015 : cidre de glace et bonbons à l’érable, tous deux biologiques et produits localement (cidrerie Maniakadis de Hinchinbrooke en Estrie et érablière des anges) ** Voir photos

- 2014 : vin biologique d’un producteur de Mirabel, le Vignoble Négondos et Pailles au fromage d’une boulangerie artisanale locale

- 2012 : hydromel et chocolat équitable

2.3 - Service de la nourriture

MESURESDÉTAIL

2.3.1

Réduire à la source

- Offrir des produits en vrac réduisant au minimum l’utilisation de vaisselle et d’emballages individuels;

- maximiser l’utilisation de vaisselle lavable et minimiser l’utilisation d’emballages jetables (pichets d’eau, assiettes, ustensiles, verres, tasses, etc.);

- demander aux participants d’amener des articles en lien avec l’organisation de l’événement (ex. gourde d’eau ou tasse à café).  


L’UdeM a pris le Virage bleu Faites-le savoir aux participants lors de vos événements !

La nourriture servie lors de l’événement de l’ICÉA en juin 2015 provenait exclusivement de Chez Valère. Cela a permis d’éviter la consommation de centaines d’emballages à usage unique. ** Voir les photos

La FAÉCUM offre un service de prêt de vaisselle (ce service est offert en priorité aux étudiants de l’UdeM et certaines conditions s’appliquent)

http://www.faecum.qc.ca/ressources/formulaires/pret-de-vaisselle

2.3.2

Servir de la nourriture certifiée

Achat d’aliments provenant de fournisseurs, traiteurs ou restaurateurs certifiés.


Exemples de certification :

- Aliments Québec ;
- Aliments du Québec au menu;
- Leaf.

2.3.3

Utiliser de la vaisselle et des emballages recyclables

Mesures à mettre en place si l’utilisation de vaisselle lavable est impossible.

NOTE : Tout article de vaisselle ou contenant déposé au recyclage doit être rincé au préalable. 

2.3.4

Utiliser de la vaisselle et des emballages compostables

Mesures à mettre en place si l’utilisation de vaisselle recyclable est impossible.

NOTE : Tout article de vaisselle ou contenant compostable doit être effectivement composté afin d’avoir un impact moindre pour l’environnement.

2.3.5

Utiliser des produits nettoyants écologiques

Rechercher les produits identifiés par un EcoLogo


Les Services alimentaires de l’UdeM utilisent depuis plusieurs années déjà des produits nettoyants sans phosphates.

2.4 - Surplus alimentaires

MESURESDÉTAIL

2.4.1

Faire don des surplus alimentaires à un organisme

S’entendre avec un organisme sans but lucratif pour qu’il récupère les surplus de l’événement. 


Les Services juridiques de l’UdeM, en collaboration avec l’unité du développement durable, invitent les unités de l’UdeM souhaitant faire don de leurs surplus alimentaires à signer une entente avec l’organisme désigné. Nous vous proposons ce modèle d’entente.