Passer au contenu

/ Développement durable

Rechercher

Nos gestes

Saviez-vous que 11 % des étudiants de l’Université de Montréal ont rapporté manquer de nourriture parce qu’ils n’avaient plus d’argent*? Et que 200 étudiants fréquentent, semaine après semaine, la Banque alimentaire de l’UdeM pour arriver à se mettre quelque chose sous la dent?
Les chariots porte plateaux remplis de vaisselle sale à la Grande Cuisine de Valère sont désormais chose du passé. Grâce à une collaboration entre Local Local (les services alimentaires de l’Université de Montréal), l’Unité du développement durable (UDD) et des étudiants de l’École du design, les usagers de la cafétéria trient dorénavant eux-mêmes leurs déchets avant de placer leurs assiettes, verres, couverts et plateaux dans des supports différents.
Pays polytraumatisé, Haïti ne comptait jusqu’à tout récemment aucun psychoéducateur – dont le travail consiste à intervenir auprès de personnes en difficulté d’adaptation. Or, la situation est en train de changer, notamment en raison du travail de Mélanie Poitras, chargée de cours à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal et doctorante en cotutelle à l’Université du Québec en Outaouais (UQO).
Par Juan Torres, professeur à l’École d'urbanisme et d'architecture de paysage
Les pailles en plastique ont été bannies des services alimentaires de l’Université de Montréal, Local Local, en juillet. «Ce morceau de plastique faisait partie de notre vie quotidienne, mais l’Unité du développement durable (UDD) nous a recommandé de revoir notre façon de faire», explique Pascal Prouteau, directeur des services de Résidences, Hôtellerie et Restauration à l’UdeM.
Selon Statistique Canada, un ménage sur huit aurait souffert d’insécurité alimentaire en 2014. Les banques alimentaires sont la principale réponse communautaire à ce problème. Au symposium Transformer les systèmes alimentaires pour la santé des gens et de la planète: discours, recherches et pratiques alternatifs, tenu récemment à l’Université de Montréal, Louise Potvin, professeure titulaire au Département de médecine sociale et préventive de l’Université, a présenté deux de ses recherches portant sur l’insécurité alimentaire.
La ministre des Sciences et des Sports, l’honorable Kirsty Duncan, a annoncé le 19 juillet un investissement de 4 M$ pour un projet de recherche effectué à l’Observatoire aérien canadien de la biodiversité (CABO). Cette subvention est attribuée dans le cadre de l’initiative Frontières de la découvertedu Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).
À un peu plus de trois mois des élections provinciales, l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (EDDEC) a souhaité offrir l’occasion aux différents partis politiques québécois d’exprimer leurs positions quant à la transition vers une économie circulaire au Québec. Sur les quatre principaux partis invités, seuls Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont délégué un représentant pour participer à un panel public qui s’est déroulé le 20 juin à l’Université de Montréal. Ainsi, Sylvain Gaudreault, député péquiste de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, et Simon Tremblay-Pepin,candidat solidaire dans Nelligan et professeur à l’Université Saint-Paul, ont répondu aux questions des organisateurs et du public. Leurs interventions, ici résumées en quelques points clés, ont permis de susciter la réflexion.
Hydro-Québec a récemment fait don d’une camionnette, dans le cadre de son programme de revalorisation des biens, à Regard collectif, la clinique mobile de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal. Ce véhicule permet de transporter l’équipement nécessaire aux interventions dans la communauté, où des examens oculovisuels complets et gratuits de même qu’un service de lunetterie à peu de frais sont offerts aux itinérants montréalais.